Histoire du soldat

Cie A l'Art'bordage




D'après la musique composée par Igor Stravinsky sur un texte de Charles Ferdinand Ramuz.

 

Rémy Verdier : marionnettiste

Gilles Bouvier : comédien

Laurent Festa : création lumière

Blandine Poulat : costumière

Joffrey Guynot : création son



samedi 12 mars à 19h30

Joseph Dupraz appartient à la partie la plus modeste de l’armée, l’infanterie. Alors, même en permission, il garde ses habitudes de soldat et continue à marcher au pas, à avancer au rythme d’une «  marche militaire », qui favorise l’ordre et la vitesse dans les rangs.

Le soldat Joseph possède un violon pour toute richesse. Si Joseph donne son violon, il donne aussi son «  âme » humaine, c’est-à-dire la vie de son esprit.

Le pauvre soldat se laisse tenter par un vieil homme qui s’avère être le diable. Pour le séduire, le vieux lui fait croire qu’il arrivera à y lire l’avenir. Avide de s’approprier ce pouvoir, Joseph échange son violon contre le livre.

Joseph ne sait pas lire, comme beaucoup de gens pauvres au début du XX ème siècle. C’est cette population, dont la langue est parlée et non écrite, que Ramuz a voulu honorer dans ce spectacle avec « une oralité poétique ». Le livre apparait à Joseph comme un objet magique, renfermant des secrets défendus.

Le diable inspire toutes les fautes, comme l’oubli, la trahison, la gourmandise, l’envie. Par naïveté, Joseph s’est rendu coupable de tout cela à l’égard de sa famille, de sa fiancée et de l’armée. Parce qu’il veut maintenant connaitre l’avenir et s’enrichir, il devient la proie du diable.

Bien des contes et des fables abordent les questions de l’argent et du bonheur : quand on est riche, a-t-on de vrais amis ? Se sent-on libre ou obligé de surveiller ses richesses ? Est-on heureux du pouvoir que donne l’argent ? L’argent donne-t-il du pouvoir sur sa propre vie ? Ce qui rend heureux, comme l’amour ou l’amitié, peut-il s’acheter ?

Joseph abandonne toutes ses richesses et tourne le dos à son passé : il reprend la route, décidé à oublier le tromperie du diable. Le soldat entre alors dans un royaume inconnu, là il pourra tenter sa chance, montrer ses mérites au roi en épousant sa fille.

Issus des légendes et des croyances populaires, les contes étaient destinés à un large public, jeune et adulte. Ils nourrissaient l’imaginaire de tous, servaient à divertir mais aussi à questionner, à avertir des dangers, à indiquer comment se comporter, à enseigner la prudence, la modestie à travers des personnages et des actes symboliques…

 

Théâtre , marionnettes

A partir de 6 ans

50 min